Première étude des pertes agricoles et alimentaires en France

 

Logotype-INRA-cmjnL’Institut national de recherche agronomique (INRA) vient de publier Leviers pour réduire les pertes agricoles et alimentaires : comprendre, quantifier et analyser. Cette étude, très attendue, lève le voile sur les pertes dans plusieurs filières (de la production à la mise en rayon en magasin).

Les pertes alimentaires sont celles destinées à la consommation humaine, mais écartées, perdues ou retirées, exception faite de celles valorisées en alimentation animale (hors animaux de compagnie).

Les pertes à la production agricole sont évaluées comme suit :

  • 9% pour le secteur des fruits et légumes (entre la récole, le conditionnement et l’expédition),
  • 0,5 % pour la filière œuf,
  • 1 % pour les filières viandes,
  • 1% pour le lait de vache,
  • 1 à 2%, lors de la récolte, pour les blés dur et tendre, l’orge brasserie et 4 % pour le maïs.

Ces pertes peuvent être dues à des facteurs multiples : climat, maladies, saturation du marché, comportement et attentes du consommateur, par exemple.

SOLAAL regrette que, dans la définition des pertes, l’Inra inclue les autres formes de valorisation des invendus comme l’amendement vert (retournement en champ) ou la méthanisation. Ces solutions sont retenues quand, par exemple, il est plus cher de récolter que de vendre. Elles ont également des répercussions positives en matière de préservation de l’environnement.

 Pour en savoir plus…