Interview de Lucie Basch, fondatrice de Too Good To Go

 

« L’expertise sur les circuits de distribution que possède SOLAAL et son engagement associatif étaient des éléments clés pour la réussite du Pacte. » selon Lucie Basch, fondatrice de Too Good To Go

D’où vient l’idée de Too Good To Go et pouvez-vous nous rappeler vos objectifs ?

Nous avons lancé Too Good To Go en 2016, en prenant conscience d’une aberration, impossible à accepter : un tiers de la production mondiale de nourriture est jetée. En France, ce sont 10 millions de tonnes de nourriture qui sont gaspillées chaque année. Il était essentiel de remettre le gaspillage alimentaire au centre des conversations et de permettre à chacun d’agir contre.

Lucie Basch, fondatrice de Too Good To Go.          Crédit photo : Too Good To Go

Too Good To Go a été pensé comme la solution simple du quotidien pour que chacun puisse s’engager à son échelle contre le gaspillage alimentaire, qu’on soit commerçant ou citoyen. Le principe est simple : on met en relations des commerçants de bouche qui ont des invendus, et des citoyens qui peuvent récupérer ces invendus, en fin de journée, à petit prix pour leur éviter de partir à la poubelle.

Grâce à cela et en moins de 4 ans, nous avons sauvé plus de 18 millions de paniers de la poubelle, avec l’aide de nos 7 millions d’utilisateurs et nos 14 000 partenaires de tout horizon !

Notre vision : un monde sans gaspillage alimentaire. Notre mission : inspirer et engager l’ensemble de la société pour lutter ensemble contre le gaspillage alimentaire.

Quel premier bilan tirez-vous de la campagne de sensibilisation sur les dates de consommation lancée en octobre dernier ?

Le 16 octobre dernier, à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, nous avons lancé une campagne nationale de sensibilisation sur les dates de consommation, responsables de 20% du gaspillage alimentaire dans les foyers. L’ampleur et la mobilisation autour de cette campagne ont été inédites : des affiches dans 10 villes françaises, notre premier spot national sur petit écran, un relais de la campagne par 51 signataires du pacte, 42 partenaires non signataires et 110 centres commerciaux, une dizaine d’ateliers de sensibilisation et une centaine d’articles.

Cette journée a été également l’occasion de revenir sur les avancées du Pacte sur les Dates de Consommation, lancé en janvier dernier, qui présentait 10 engagements concrets et mesurables pour réduire le gaspillage qui leur est lié.

L’expertise sur les circuits de distribution que possède SOLAAL et son engagement associatif étaient des éléments clés pour la réussite du Pacte. Nous sommes très heureux de travailler ensemble pour un changement en profondeur du système alimentaire, et fiers de voir que SOLAAL ait répondu présent pour relayer la campagne de sensibilisation. Cette campagne n’était que le premier engagement du Pacte, et nous avons hâte de continuer à unir nos forces pour ensemble faire avancer le sujet des dates !

Quels sont vos projets ?

En ce qui concerne le Pacte, il est nécessaire d’aller plus loin, afin que les 10 engagements qui ont été pris puissent être tous mis en application à travers des mesures concrètes. Nous envisageons également une étude d’impact l’an prochain afin de mesurer l’ampleur des actions de celui-ci.

Nous lançons en parallèle notre projet éducation, car nous sommes convaincus que les enfants sont les consommateurs de demain, et qu’il est important de les sensibiliser dès le plus jeune âge au gaspillage alimentaire.

Enfin, parce que nous rêvons d’un monde sans gaspillage alimentaire, nous venons de lancer l’application aux États-Unis, dans un premier temps dans les villes de New York et Boston, pour sensibiliser les américains et leur donner les clés pour s’engager !

Il nous reste encore tant à construire !

Photos de la campagne de sensibilisation du Pacte sur les dates de consommation

Crédit photo : Too Good To Go