Interview de F. Hollande, président de la Fondation la France s’engage

 

© Corentin Fohlen/ Divergence. Saint-Martin-le-Beau, France. 29 septembre 2021. De g. à d. : A. Delahaye, présidente de SOLAAL ; F. Hollande, président  de la FFE ; Maria Silvera-Gomes, cheffe d’équipe- Delahaye Maraîcher

Pouvez-vous rappeler les axes d’intervention de la Fondation La France s’engage ?

La Fondation La France s’engage a été créée en 2014 avec l’ambition de soutenir et accompagner le développement de toutes les initiatives innovantes de l’économie sociale et solidaire. Chaque année, notre Fondation récompense de nombreux projets qui bénéficient alors, pendant trois ans, d’une aide financière et d’un accompagnement sur-mesure. Ce sont près de 203 lauréats qui ont ainsi été accompagnés depuis sa création, avec le soutien précieux de nos mécènes. La pandémie a engendré de nombreux désordres. Il en est ainsi de l’accès à la culture qui est devenu plus difficile, de l’isolement croissant de nombreuses personnes âgées ou d’étudiants, ou encore de la situation de personnes modestes qui se retrouvent encore plus fragilisées qu’à l’ordinaire.

La Fondation la France s’engage et œuvre pour répondre à tous ces enjeux, qu’ils soient nouveaux ou aggravés par la crise, pour aider le plus grand nombre à faire face à des situations humaines difficiles. En 2021, ce sont ainsi 17 lauréats qui ont été sélectionnés et qui ont bénéficié d’un montant total supplémentaire de 3 millions d’euros pour continuer à développer leurs projets. Mais il nous faut aussi anticiper dès maintenant les défis de demain car, une fois la crise derrière nous, les périls climatiques et sociaux exigeront plus que jamais des réponses innovantes et solidaires.

 

 

Quelles sont vos priorités concernant la lutte contre la précarité alimentaire ?

La précarité alimentaire s’est malheureusement élargie pendant la crise de la covid. De trop nombreuses personnes, faute de revenus suffisants, peinent à se nourrir convenablement. La hausse généralisée des prix, notamment de l’énergie, ne fait que détériorer cette situation, car précarité énergétique et alimentaire vont souvent de pair. Il est par conséquent essentiel de répondre à cet enjeu, notamment par l’intervention d’associations innovantes comme SOLAAL. Le projet de cette dernière est d’autant plus utile qu’il répond non seulement aux besoins alimentaires de certains de nos compatriotes mais leur offre aussi l’opportunité de travailler dans les exploitations agricoles partenaires. C’est une vraie source de lien social !

 

 

Quel souvenir gardez-vous de votre rencontre avec les glaneurs, dans le cadre du glanage solidaire organisé par SOLAAL, en septembre dernier ?

J’ai en mémoire la difficulté et la pénibilité de leur tâche mais j’ai surtout retenu combien ils s’y prêtaient sereinement, avec plaisir et même jovialité ! Ils étaient heureux de pouvoir être utiles et fournir à leur tour un service aux agriculteurs qui leur ont permis, dans les moments les plus difficiles, de s’alimenter dignement.

 

Publié le 2 décembre 2021