Antigaspi : l’exemple irlandais de Meade Potato Co.

 

– See below the English version –

Pas une pomme de terre, pas une épluchure ne sont perdues par la famille Meade, à la tête d’une des plus grosses exploitations maraîchères irlandaises. Est-ce parce que la pomme de terre renvoie à l’une des plus grandes famines européennes qui frappa l’Irlande entre 1845 et 1852, notamment en raison du mildiou qui a ravagé la production ? Force est de constater que la lutte contre le gaspillage alimentaire est viscérale chez ces producteurs.

Tout part du champ. Le responsable des cultures explique que tout est mis en œuvre pour minimiser les pertes et les coûts, dans une démarche de développement durable : contrôles journaliers de la production, réduction d’intrants.

Chaque fois que l’entreprise se développe, elle inclut dans son business plan la gestion des déchets qui deviennent des co-produits. Ainsi, lorsque la décision fut prise d’aller sur le segment des pommes de terre épluchées, des recherches ont été menées sur l’utilisation de l’eau nécessaire à l’épluchage. Cette eau, riche en amidon, fait l’objet d’études pour devenir un co-produit à valeur ajoutée pour l’alimentation animale. Concernant les pommes de terre dites invendables, elles servent également à l’alimentation animale mais l’entreprise Meade réfléchit à d’autres valorisations !

Cela s’inscrit également dans une démarche globale de RSE (Responsabilité sociétale de l’entreprise) qui explique la présence d’une éolienne sur l’exploitation, d’un système de filtration de l’eau qui permet de la réutiliser jusqu’à 90 %, de ruches, l’accueil du public pour le sensibiliser à la lutte contre le gaspillage, la prise en compte du bien-être des salariés et un souci permanent de consultation des parties prenantes pour élaborer de nouveaux projets.

Last but not least, Meade donne régulièrement à des associations d’aide alimentaire depuis 2005 et notamment après récolte, lors de glanages.

Cette démarche globale est bien-sûr régulièrement récompensée par de nombreux prix. Elle illustre aussi le bon sens paysan…

NB : La visite de l’exploitation agricole Meade Potato Company a été organisée au cours d’un Focus Group européen du réseau EIP-AGRI, dispositif mis en place par la Commission européenne avec pour objectif de permettre l’échange des bonnes pratiques agricoles et de formuler des recommandations à l’attention des agriculteurs.

 **************************************

Food waste : the best practice with Meade potato company

Not a single potato nor peeling are wasted by the Meade family, at the head of one of the biggest Irish vegetable companies. Is it because the potato takes us back to one of the worst famines in Europe, which struck Ireland between 1845 and 1852, notably because of the mildew which ravaged the crops? Note that food waste is visceral to these growers.

It starts in the field. The farm manager explains that everything is done to minimise waste and loss, in a sustainable approach: daily checks, reduction of inputs.

Each time the company grows, they include waste management in their business plan, so that waste becomes by-products. Thus, when they decided to go into the peeled potato segment, research was led into the way water needed for peeling could be used. This water, rich in starch, has been the focus of studies which suggest it could become a by-product with an added value for the animal feed. Concerning potatoes considered “unsellable”, they are used for animal feed, but Meade co. are thinking about other reuses!

All of this is part of a global CSR (Corporate Social Responsibility) approach which explains the presence of a wind turbine on the farm, a water filter system that permits a reuse of up to 90%, inviting the general public to raise awareness of the fight against food waste, taking into account the well-being of their employees, and the permanent concern of including stakeholders to set up new projects.

Last but not least, Meade co. has been giving regularly to charities since 2005, and in particular after harvest, thanks to gleaning projects.

Of course this global approach is awarded numerous prizes. It reflects the common sense of the peasant!