12 % de pertes sur la filière fruits et légumes frais

 

InterfelL’Interprofession des fruits et légumes frais (INTERFEL) a publié le 20 octobre 2015 les résultats d’une étude visant à estimer et déterminer les pertes liées au gaspillage alimentaire sur l’ensemble de la filière.

L’étude s’appuie notamment sur la définition suivante : « est considéré comme perte tout produit qui sort de la chaîne alimentaire, à partir du moment où le produit est prêt à être récolté », issue du projet Européen Food Use for Social Innovation by Optimising Waste Prevention Strategies* (FUSIONS). Ainsi, les produits redirigés vers le don alimentaire et l’alimentation animale ne sont pas considérés comme des pertes.

Il ressort de cette étude que dans la filière des fruits et légumes frais en France :

  • 9% de pertes sont estimées entre la récole, le conditionnement et l’expédition,
  • 3% de pertes sont estimées lors de la distribution et de la commercialisation.

Trois causes principales liées au gaspillage alimentaire sont mises en avant :

  • le caractère périssable des fruits et légumes frais,
  • les impacts liés aux conditions météorologiques et biologiques,
  • des enjeux économiques (coûts de production, prix fixés par le marché, périodes de surproduction, etc.).

SOLAAL a été consultée à la fois dans le cadre de cette étude mais également dans celle menée par l’ADEME actuellement, sur l’état des lieux et les causes du gaspillage alimentaire en France. A noter que la Commission européenne publiera d’ici à la fin de l’année une stratégie sur l’économie circulaire concernant le traitement des déchets. Elle publiera également en 2016 des lignes directrices pour faciliter le don alimentaire.

Pour visualiser les résultats de l’étude, cliquez-ici

*Site internet :  http://www.eu-fusions.org/